Représentations du territoire et traits identitaires des campements traditionnels et contemporains innus : vers un aménagement culturellement adapté  pour la communauté de Uashat mak Mani-utenam
Representations of Territory and Identity Traits of Traditional and Modern Innu Camps : Towards Culturally Appropriate Planning for the Community of Uashat mak Mani-utenam

PAR / BY : GAËLLE ANDRÉ-LESCOP, M.SC. DESIGN URBAIN

TYPE : ESSAI / ESSAY, UNIVERSITÉ LAVAL

SUPERVISEUR / SUPERVISOR : MYRIAM BLAIS

DURÉE / DURATION : HIVER 2016 / WINTER 2016

À une époque où les Innus vivent la majeure partie de l’année sur les communautés et en milieu urbain, des environnements naturel et bâti qui diffèrent de la vie sur le territoire ancestral, il convient de se demander comment les communautés autochtones pourraient améliorer leur qualité de vie en redonnant des repères culturels fondamentaux à l’intérieur même de leur aménagement. Symbole d’idéal pour plusieurs, le territoire, aux yeux de ceux qui le fréquentent, est encore intimement lié à la quête du gibier et du poisson. L’étude tente de comprendre en quoi les différentes façons de s’y installer sont des révélateurs des habitudes de vie des Innus.

 

La méthodologie comporte une analyse typo-morphologique réalisée sur deux sites qu’occupent les Innus de Uashat mak Maniutenam de façon saisonnière, le site de Shipit sur le bord de la rivière Moisie et la plage de Mani-utenam en bordure du fleuve SaintLaurent. Vingt-six campements ont fait l’objet de relevés. L’étude tient compte également du discours de sept Innus de Uashat mak Mani-Utenam qui fréquentent le territoire. Même si une transition de la tente au chalet se fait plus marquée, plusieurs traits identitaires persistent dans la manière d’occuper et de vivre le territoire.

 

Les résultats révèlent également que l’implantation des campements n’est pas tributaire d’un facteur en particulier, mais bien d’un ensemble de facteurs qui inclut à la fois la direction des vents et le temps de l’année, la topographie du site, l’accessibilité du lieu et l’accès à l’eau. La vue pour apprécier le paysage a certes son importance, mais elle est secondaire par rapport à la vue dans une optique de poursuite du gibier ou de capture de prises. À l’échelle des communautés, cela peut être transposé notamment en envisageant d’implanter un bâtiment en fonction du site, plutôt que de se conformer au système viaire sous prétexte d’esthétisme et d’uniformisation.

* * *

In an era when Innus spend the majority of the year in communities and in an urban setting, natural and built environments that differ from life in their ancestral territories, it is important to ask how native communities can better their quality of life by restoring their basic cultural references within their planning. A symbol of an ideal for many, the territory, for those who frequent it, is still intimately linked to the pursuit of game and fish. The study attempts to understand how the different ways to settle on the territory reveal the ways of life of the Innus.

 

The methodology includes a typo-morphologic analysis carried out on two sites that are occupied seasonally by the Innus of Uashat mak Mani-Utenam, the Shipit site on the shore of the Moisie River and the Mani-Utenam beach on the shore of the St. Lawrence River. Twenty-six camps were the object of this study. The study also takes into account the testimonials of seven Innus from Uashat mak Mani-Utenam who frequent the territory. Even if the transition from the tent to the cabin is more frequent, many identity traits persist in the way of occupying and living the territory.

 

The results also reveal that the establishment of the camps is not tributary of a factor in particular, but is a combination of factors that includes the prevailing winds, the period of the year, the site’s topography, location and accessibility to water. The view to appreciate the landscape has its importance, but it is secondary to the view in an optic of pursuing game and capture prey. At the community level, this can be transposed in particular by implanting a building according to the site, rather than conforming with the street network under the pretext of aesthetics and uniformity.

Subvention de partenariat - CRSH 2015-2020

Conseil de recherche en sciences humaines du Canada

MenuPrincipal-10.png
MenuPrincipal-09.png
MenuPrincipal-11.png
MenuPrincipal-08.png
  • White Facebook Icon
  • White Vimeo Icon

École d'architecture de l'Université Laval

1 Côte de la Fabrique, local 1238

Québec (Qc) G1R 3V6

CANADA

 

T  1.418.656.2131 #6495

Fax  1.418.656.2785

@  habiterlenordquebecois@ulaval.ca

© 2018 – Habiter le Nord québécois – Tous droits réservés / All rights reserved