Featured Posts

Témoignage : visites de campus autochtonisés / Testimonial: indigenized campuses visits

12.10.2019

 

Notre étudiante boursière, Audrey Labrador-Martel (sup. J. Verville), entame cet hiver son essai-projet en architecture : Kinu, un lieu de rencontre inclusif et rassembleur [sur le campus de l'Université Laval].  Afin d'alimenter sa recherche et préciser ses objectifs de design, elle s'est offert une visite de campus canadiens dotés de tels équipements. Son expérience en quelques mots et images : 


Our granted student, Audrey Labrador-Martel (sup. J. Verville), is beginning her architecture essay-project this winter: Kinu, an inclusive and unifying meeting space [on the campus of Université Laval].  In order to nourish its research and design objectives, she has offered herself a tour of Canadian campuses equipped with such facilities. Her experience in a few words and images: 

 

Un voyage à Vancouver a eu lieu en novembre dernier afin de visiter différents projets autochtones. D’abord, les campus de l’Université de la Colombie-Britannique ainsi que l’Université de Victoria ont fait partie de l’itinéraire de route. La First Nation Longhouse à UBC, réalisée par les architectes MacFarland Marceau, est inspirée des maisons longues traditionnelles et l’odeur de sa structure de cèdre nous fait sentir ailleurs dès les premiers instants. Situé tout près, le Indian Residential School History and Dialogue Centre, réalisé par Formline architecture en 2016, s’adresse plutôt au grand public. L’escalier menant à la salle d’exposition est, d’un côté longé par un mur rappelant le tissage des paniers traditionnels, et de l’autre, ouvert sur la cour. La relation entre l’intérieur et l’extérieur se fait donc par la prolongation de cet escalier en gradins paysagers. Ensuite, la First Peoples House du campus de Victoria, également conçue par Formline architecture en 2010, est aménagée le long d’un corridor central éclairé naturellement par des fenêtres en hauteur. Cette circulation agit en quelque sorte comme une galerie d’art où des oeuvres autochtones y sont exposées. Une grande marquise abritant deux totems marque l’entrée principale de ce pavillon qui s’implante au coeur de UVic. Sur les deux campus, on y retrouve des salles de cérémonies qui sont utilisées pour toutes sortes d’activités. Notamment, lors des visites, un dîner communautaire rassemblant les étudiants autochtones de UBC venait d’avoir lieu tandis qu’un marché de Noël exposant le travail des artisans autochtones se déroulait à UVic. 

 

Une visite a également eu lieu au centre culturel des nations Squamish et Lil’wat. Ce dernier offre des vues impressionnantes sur les montagnes qui l’entourent et sa structure de bois fait écho à la forêt adjacente. L’exposition intérieure se poursuit également dans les sentiers de cette forêt. Un peu à la manière des pavillons visités sur les campus, les différents seuils du bâtiment sont riches par leurs détails et leur symbolique. Que ce soit un large portail de béton ou une porte de bois massive dans laquelle une scène est gravée par un artiste autochtone, les entrées revêtent une importance particulière. Par ailleurs, le petit café offrant des repas inspirés des traditions autochtones fut un délice!


Enfin, le séjour s’est conclu avec une balade au Suspension Bridge Park de Capilano, du nom d’un ancien chef Squamish signifiant ‘belle rivière’. Avant d’entrer dans cette forêt tropicale, c’est un parc de totems qui nous accueille. D’ailleurs, il n’est pas rare de voir de telles œuvres ou éléments de reconnaissance un peu partout dans la ville de Vancouver.

Please reload

Nouvelles récentes
Please reload

Activités à venir
Please reload

Archives